LITTÉRATURE, Mes coups de coeur!

Nous étions jeunes et insouciants – Laurent Fignon

Nous étions jeunes et insouciants est un livre écrit par Laurent Fignon, double vainqueur du Tour de France (83-84). Je n’avais jamais lu un livre sur le cyclisme (ou même sportif). Du coup je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Pas du tout déçue, Laurent nous emmène au travers de ses victoires et de ses trépas. Une leçon de vie, un beau récit sur le cyclisme.

Je m’attendais plus à un récit sur le dopage mais il n’en est rien du tout. Laurent Fignon aborde le sujet et nous explique le début de ce qu’est le plus grand fléau du cyclisme.

Vainqueur du Tour de France à deux reprises, Laurent Fignon entre, à 22 ans, dans la légende du cyclisme français et devient le héros de toute une génération. Il incarne la jeunesse, la fougue, l’impertinence, et rivalise avec des coureurs, comme Bernard Hinault à qui il rend un vibrant hommage.

Entre 1982 et 1993, Laurent Fignon traverse l’âge d’or d’un sport épique et connaît tout ce qu’un champion hors normes peut espérer et redouter : le dépassement de soi, la gloire, une blessure grave, des périodes de doute, la tentation du dopage et le terme d’une carrière exigeante.

En 1989, on le croit fini : il renaît de ses cendres, remporte le Tour d’Italie et termine le Tour de France, à la deuxième place, derrière l’Américain Greg LeMond, mieux équipé – huit secondes les séparent après 3 285 kilomètres de course.

Dans ce témoignage sans concessions, l’ancien champion, devenu commentateur sportif sur France Télévisions, nous dévoile aussi, pour la première fois dans ce milieu si fermé, l’envers du décor : les fêtes, les filles, la camaraderie, les trahisons, les combines, et bien sûr le dopage… Car Laurent Fignon a vécu le cyclisme à son apogée, entre les archaïsmes d’antan et les ambiguïtés d’aujourd’hui : une époque où les cyclistes n’avaient peur de rien.

Une aisance naturelle

Laurent Fignon c’est un gars qui un jour prends le vélo de son père (un Vigneron) pour aller se promener avec ses copains cyclistes. Quand il se rends compte des facilités et de son aisance sur le vélo, il décide de s’inscrire dans un club et participe à ses premières courses. S’en suit alors tout un chemin jusqu’à sa première participation au Tour de France.

Il commence sa carrière en tant que professionnel en 1982 chez Renault et aux côtés de Cyril Guimard, Directeur Sportif de l’équipe de l’équipe. En 1983 il participe à son premier Tour de France… qu’il remporte! Il sera aussi le grand vainqueur du TDF 1984.

Nous étions jeunes et insouciants livre cyclisme niilah

La descente

Laurent Fignon connaitra des périodes plus sombres par la suite. Blessures, mauvaise ambiance dans l’équipe, mésentente avec Cyril. Il essayera malgré tout de rebondir comme il peut. Ayant déjà pensé à arrêter sa carrière il n’arrivera cependant pas à raccrocher les chaussures!

J’essaye de ne pas trop vous dévoiler du livre car il y a beaucoup beaucoup de choses qui font le tout de ce bouquin. Laurent Fignon est décédé le 31 août 2010 à 50 ans. Après sa carrière sportive, il se réoriente (pas directement) vers le journalisme et devient commentateur sportif du TDF. En 2009 on lui diagnostique un cancer des voies digestives et un mois après avoir commenté le TDF 2010, il décède de son cancer.

Jeunes et insouciants

Jeunes et insouciants représente pour moi le cyclisme d’avant. Celui que je n’ai pas connu. Mais au travers de son livre on peut vraiment sentir le plaisir de rouler, d’avaler les kilomètres, de rencontrer les difficultés et de rouler avec des stratégies.

Rouler pour le plaisir et tous sur le même piédestal. Pas de dopage comme à l’heure actuelle. Dans son livre il explique aussi que sur les grands classiques les distances ont été diminuées pour faciliter les courses et ne pas trop fatiguer les joueurs. Ce que lui ne comprends pas puisque ce sont sur des longues distances que le cycliste peut se démarquer et faire une réelle différence.

Je le conseille, sincèrement. En plus d’être un « beau » récit de vie, c’est aussi une leçon de cyclisme, de vie et d’insouciance. Il se lit avec une facilité incroyable et même pour quelqu’un qui n’y connait rien en cyclisme, le récit des courses est prenant et très intéressant!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *